<![CDATA[

1st EDITION OF THE ACC INTERNATIONAL MANUFACTURING & TRANSFORMATION (M&T) Forum
"Coton-Textile, Garments & Accessories Manufacturing and Transformation for Africa's Economic Growth"

Alonside will hold

KRIBI BEACH INTERNATIONAL FASHION FESTIVAL (KBFweek)
« Branding et sponsoring pour la promotion des metiers/industries de la mode, de l’écotourisme, des loisirs et la valorisation de la jeune fille « TopModel ».
« Valoriser l’industrie du textile au travers de la transformation du coton pour la promotion de la compétivité international dans l’industrie de la mode ».

26 november – 1st December 2018

Kribi-Cameroon

MODE ET HABILLEMENT

Un secteur en quête de performance

Le secteur de la mode et de l’habillement au Cameroun est assez dynamique. Au point où deux structures encadrent le secteur : l’interprofession coton-textile-confection (Icotex), qui regroupe les acteurs de toute la chaîne, et la chambre nationale des maîtres-tailleurs rassemblant les « faiseurs » de mode. L’un des points communs est le nom.

En effet, le coton joue un rôle important dans l’économie du Cameroun. Sa production mobilise près de 250.000 paysans. Il est une source importante des revenus autant pour la population de notre zone cotonnière que pour le pays à qui il rapporte les devises. Ce produit a contribué à l’installation et au développement des industries de transformations primaires et secondaires qui ont permis la création des emplois. Mais, les performances des différents maillons de la chaîne de valeur restent en deçà du potentiel existant. A ce jour, seulement 2% du coton produit sont transformés localement. Le reste étant exporté, parfois frauduleusement, à l’état brut. La filière, dans son ensemble, de la production à la confection en passant par la transformation, contribue à hauteur de 12% au PIB industriel et 4% du PIB global du Cameroun.
A ce jour, seulement 2% du coton produit sont transformés localement.
Cependant, le gouvernement veut inverser la tendance. C’est ce qui justifie l’élaboration de la stratégie de développement de la filière coton, initié pour donner une nouvelle dimension à ce secteur dans l’économie nationale.
L’ambition affichée de produire 600 000 tonnes de coton-graine de bonne qualité et de transformer toute la fibre produite à l’horizon 2025 marque la détermination des autorités gouvernementales à baliser les interventions en vue de l’accroissement de la production nationale et de la transformation locale pour mieux tirer parti des opportunités qu’offre le commerce international du coton. Mais aussi du commerce national et régional des produits textiles et de la création des emplois indispensable à la résorption du chômage.

Le potentiel et les atouts sont d’ailleurs là. La filière coton-textile-confection représente le 6ème produit d’exportation au Cameroun et emploie un total de plus de 1,5 millions de personnes. Quant aux atouts, la disponibilité du coton est assurée au Cameroun. En effet, ce sont 245 600 tonnes de coton qui ont été produites durant la campagne 2013-2014. L’autre atout, c’est l’existence d’une industrie de traitement et de transformation, bien que peu développée, la proximité avec les marchés-cibles (zone Cemac, Nigeria…), l’ouverture au marché extérieur avec la signature des accords tels que les APE, l’existence de l’AGOA qui permettent aux acteurs, notamment de la branche confection, d’écouler leurs produits en Europe et aux Etats-Unis d’Amérique. Mais, avant tout ces acteurs travaillent à conquérir le marché local et proposer aux Camerounais des produits de qualité à des prix compétitifs.

Le potentiel et les atouts sont d’ailleurs là. La filière coton-textile-confection représente le 6ème produit d’exportation au Cameroun.
 
 
 
 
 ]]>

Leave a comment