MailChimp Error: This account has been deactivated. Le Mannequin comme outil de « BRANDING » – African Chamber of Trade & Commerce

Le Mannequin comme outil de « BRANDING »

//Le Mannequin comme outil de « BRANDING »

Le Mannequin comme outil de « BRANDING »
Apres une observation critique de notre marché, The African Chamber of Trade & Commerce (ACC) a constaté l’absence du Mannequin comme un outil dans la chaine de conception, production, distribution et ventes. La chambre à pensé utile à valoriser cette activité chez nous. Cette présentation vise à attirer l`attention du lecteur sur l`importance de professionnaliser ce métier afin que tous les acteurs (institutionnel et isolé) de la chaine de la fabrique à la consommation comprennent le besoin de valoriser le « savoir faire » local par le billet des Mannequin.
Alors que le rôle du Mannequin est de valoriser la qualité, de distinguer des marques de produits et de services et que le mannequinat constitue une vielle culture et tradition à l`occident, ce métier peine de sortir de l`ombre en Afrique, surtout au Cameroun où la Top Model est souvent confondue à la « MISS. ».
Comment développer nos industries et consommer les produits locaux sans mettre en valeur les signes ou des caractéristiques, visuel, sensuel et/ou phonétique qui distinguent les produits et les services des uns aux autres !!…
Dans la recherche d`un marché émergent, l`industrie du mannequinat serait la bienvenue au Cameroun. Cela nous permettra d`attirer les consommateurs des marques de qualité aux prix compétitifs, tenant compte de rapport prix- qualité.
L`entrée en vigueur des accords de l`APE et le Protocol de Madrid ne saurait être bénéfique pour notre économie si nos marques ne sont pas mise en compétition par des activités promotionnelles permettant à faciliter la connaissance et la distinction des produites et services auprès des consommateurs pour un choix satisfaisant.
Il s’agit d’ores et déjà d’innover et trouver des voies et moyens dignes pour sortir les jeunes du chômage en créant des emplois qui non seulement le permet de gagner leur vie, mais aussi grandir le champ de produits et services dont nos Etats peuvent valoriser en créant de nouvelles opportunités liées à l’industrie de la Mode et du Mannequinat.

Qui est donc le Mannequin ?
Le mannequinat est l’activité exercée par le mannequin, personne qui pose ou s’expose pour valoriser les produits de l’industrie de la mode. Les mannequins sont employés principalement pour la promotion de l’habillement, des accessoires de mode et des produits de beauté. Le métier de mannequin est multiple. Dans le secteur de la mode et de l’habillement, il porte des vêtements lors de défilés, de démonstrations commerciales et de séances photo pour la réalisation de campagnes publicitaires, de catalogues (pour des marques, des chaînes de magasins, des sociétés de vente par correspondance…), de présentations de collections de créateurs, etc. De manière plus large, le secteur de la publicité emploie, souvent de manière ponctuelle, de nombreux mannequins afin de promouvoir des produits divers (bijou, parfum, voiture, appareil électroménager), d’attirer l’attention, de susciter l’achat ou la curiosité.
Il existe différentes catégories d’agences et donc de mannequins :
Les généralistes (composées de différents départements tels que mode, publicité, « parties » de corps…) et les spécialisées dans l’un ou l’autre créneau. Selon les domaines pour lesquels elles travaillent (défilés haute couture, magazines, pubs…), elles ont des exigences de mannequins différentes en termes de taille, poids, âge, morphologie…
Le métier de mannequin n’est pas que glamour et sunlight. Avant de monter sur un podium ou de voir ses clichés en couverture des magazines, le mannequin devra patienter : il faut en réalité beaucoup d’heures de préparation (éclairage, maquillage…) pour quelques minutes de show.

POURQUOI FAUT-IL PROFESSIONALISER LE MANNEQUINAT ?
Généralement ce sont les agences de mannequins qui donnent eux-mêmes la formation nécessaire pour travailler en tant que mannequin. Plusieurs diront même que le métier de mannequin ne s’apprend pas sur les bancs d’école.
Le mannequin ne paie pas pour s’inscrire dans une agence de mannequin, sauf pour payer la réalisation d’un porte-folio, mais les coûts ne sont généralement pas exorbitants. Le mannequin peut également refuser un contrat que l’agence l’a procurée, mais généralement le mannequin a l’obligation de respecter un contrat que qu’il aura signé avec celle-ci. Ceux sont les magazines, les producteurs, les studios de photographes, les entreprises d’organisation d’événements spéciaux et autres qui payent les agences afin de trouver un ou des mannequins répondant à leurs besoins.
Le mannequin travaille à son propre compte à contrat ou à la pige avec la collaboration d’une agence de mannequin qui gèrera sa carrière comme mannequin.
Il n’y a pas de sot métier dit-on. Le mannequinat est aussi un métier comme tous les autres pourvu que ceux ou celles qui le font, le fassent dans les règles de l’art, dans la dignité et la crainte de Dieu. Il existe au Cameroun ou en Afrique en général des gens qui ont réussi dans le métier et qui se sont engagés, par la suite dans des combats pour des causes justes, nobles, dans des œuvres de bienfaisance. Certains ou certaines ont même ouverts des écoles de couture, de défilé pour aider leurs cadets attirés par la profession. Le mannequinat est comme tous les autres métiers. Il y a, c’est vrai, énormément de tentations : drogue, prostitution, proxénétisme. C’est aux filles – surtout – de savoir ce qu’elles veulent.

Les mannequins sont aujourd’hui marginalisés au Cameroun. Au Nigeria par exemple tout comme dans certain pays de l’Afrique de l’ouest plus encore en Afrique du sud, un mannequin vit de son métier. Au Cameroun nous constatons que ce métier n’est pas pris au sérieux ; nous déplorons la façon dont les mannequins sont traités sur les évents et les cachets sur les évènements qui sont dérisoires. Ce qui est, je dirais même alarmant.
En acceptant de produire le Festival dénommé « Kribi Beach Fashion Top Model week (KBFweek) organisé du 31 Juillet au 6 Août 2016 par des jeunes Camerounais, The Africain Chambers of Trade and Commerce (ACC) joint par son Président Fondateur marraine de ladite a pris l’engagement d`approcher le gouvernement du Cameroun en la personne de MINTOUL, MINPROFF et MINAC et les Partner stratégiques comme Nexttel, Brasseries, CRTV, CANNAL 2, le Quotidien Economique, CNLS, Camlait, etc pour bâtir un partenariat solide d`avenir visant à la professionnalisation du métier du mannequinat au Cameroun.
Notre préoccupation est pour crédibiliser ce secteur d`activité et valoriser les Jeunes filles exerçant cette activité qui jusque là est très marginalisé avec pour ambition d`encourager le progrès dans l’industrie du Mannequinant avec Fashion et de la Mode comme le bras circulaire des stylistes, des artistes et le mannequin.

Ainsi, la 4è édition de ce festival avait pour objectif principal non seulement de contribuer à faire du métier de mannequin un emploi décent et générateur de revenus par la formation et l’insertion des mannequins dans le marché national et international de la mode, mais aussi de faire connaitre le métier de mannequins au grand public, et d’amener les évènementiels, les médias, sponsors bref les parties prenantes de la mode et de toute cette industrie à comprendre qu’effectivement au Cameroun il y a de la matière pour la promotion de la mode et de la culture camerounaise. Nous voulons agir, oser –pour citer le Chef de l’Etat lors de ses discours à la Nation et particulièrement à la Jeunesse qui ne demande qu’à contribuer à son rayonnement-, créer, et même innover.

Nous voulons revendiquer le droit à de meilleures conditions de vies pour ces mannequins qui au même titre que ALEK WEK du Soudan , IMAN MOHAMED ABDULMAJID de la Somalie, LIYA KEBEDE de l’Ethiopie, ANGELIQUE DENG ALIAS AJAK du Soudan, AKUOL DE MABIOR du Soudan, HERIETH PAUL de la Tanzanie, CANDICE SWANEPOEL de l’Afrique du sud, THANDO HOPA de l’Afrique du sud, NALA DIAGOURAGA du Sénégal et KATOUCHA NIANE de la Guinée ou encore LUPITA AMONDI NYONG’O qui ont hissé les noms de leurs agences respectives au pinacle, et conséquemment, de leurs pays- puissent avoir aussi de la matière. Bien évidemment, ce par des suggestions et propositions concrètes qui permettraient aux décideurs de prendre des mesures relatives aux subventions, histoire d’accompagner véritablement tous les efforts dans la promotion et le développement de la Mode et ses métiers dans notre pays.

Nous pensons que les professionnels de l’industrie de mannequinat en collaboration avec les autorités étatiques devraient s’unir afin de trouver les voies et moyens pour valoriser cette profession et même introduire dans leur programme une formation de pointe sur le métier de Mannequin.
Levons nous pour mieux stimuler la création de débouchés d’emplois pour les jeunes filles et garçons qui participent à la création d’un véritable marché de la mode en Afrique, afin de valoriser nos marques de produits et services, sécuriser notre savoir faire dans un marché mondial plus compétitif, concurrentiel et émergent.

mary-concilia-anchang-500x480

Mary Concilia ANCHANG
Presidente “The African Chamber of Trade & Commerce (ACC)
Marraine de (KBF WEEK)

No comments yet.

Leave a comment

Your email address will not be published.